Sheikh al-Albani n’acceptait pas que l’on critique les écoles juridiques.