Certains professeurs à Sciences Po exploitent l’industrie fructueuse de l’islamophobie pour entamer leur carrière